Changements de Gmail et Yahoo en matière de réception des e-mails : Ce qu’il faut savoir

Matej Cambal Valentina Benaglio
Matej Cambal Valentina Benaglio
3d856860-2d53-4d13-be5c-68a7b0279165

Dans une démarche surprenante, Gmail et Yahoo ont récemment annoncé qu’ils augmenteraient les exigences pour les expéditeurs d’e-mails en masse.

Ces changements entreront en vigueur le 1er février 2024 pour Gmail et Yahoo, et pour les entreprises qui envoient plus de 5 000 messages par jour vers des comptes e-mail de ces fournisseurs, il est important de se préparer à ces changements à l’avance.

La plupart des nouvelles exigences définies par Google et Yahoo sont considérées comme des pratiques d’excellence en matière d’e-mailing depuis des années, et elles reflètent les normes que Bloomreach conseille à ses clients de respecter dans le cadre de leurs campagnes d’e-mail marketing. Ces mesures visent à réduire le nombre d’e-mails non pertinents, à maintenir des normes de haute qualité et à promouvoir des pratiques responsables en exigeant des normes d’authentification, des contrôles de qualité du contenu et des fonctionnalités conviviales, telles que des options d’inclusion claires et des options de désinscription faciles. 

Si vous êtes client de Bloomreach, vous avez déjà une longueur d’avance ces fonctionnalités sont intégrées à Bloomreach Engagement. Mais ces annonces contiennent encore des changements significatifs que tous les spécialistes du marketing par e-mail doivent connaître pour aller de l’avant, ainsi que certaines mesures importantes que de nombreux expéditeurs en masse devront prendre pour rester en conformité.

Si vous souhaitez vous plonger dans le qui, quoi, où et pourquoi de ces changements, vous pouvez vous inscrire à notre prochain webinaire sur les meilleures pratiques en matière d’engagement, qui aura lieu le 22 janvier et au cours duquel nos experts couvriront tous les détails. Il vous suffit de visiter notre page webinaire et de vous inscrire dès aujourd’hui.

Mais pour l’instant, nous avons résumé les nouvelles exigences avec des étapes claires à suivre ci-dessous :

Conditions de désinscription

Yahoo et Gmail exigeront désormais des expéditeurs qu’ils proposent à tous les destinataires une procédure de désinscription en un seul clic. 

Chaque e-mail que vous envoyez doit comporter une option de désabonnement clairement visible et facilement accessible en un seul clic. L’exclusion via des pages de consentement ou des centres de préférences ne répond pas à cette exigence – vous devez proposer une option de désabonnement en un clic directement dans vos e-mails pour être en conformité. 

Pour être sûr de respecter cette nouvelle exigence, vous devez ajouter un lien de désabonnement dans le corps de vos e-mails ainsi qu’un en-tête « Désabonnement en un clic », qui ajoute un nouveau bouton aux clients d’e-mail et facilite le processus de désabonnement.

Cette exigence peut sembler défavorable aux expéditeurs à première vue, mais faciliter la désinscription des utilisateurs des listes d’e-mails est une bonne chose.

Lorsque les utilisateurs reçoivent des e-mails non désirés, leur premier réflexe est de les envoyer dans le dossier spam, où aucun expéditeur ne souhaite finir. Avec un en-tête « Désabonnement en un clic », vos destinataires peuvent facilement se désabonner au lieu de marquer vos e-mails comme spam, ce qui est bon pour votre marque à long terme puisque le marquage de vos e-mails comme spam peut nuire à la délivrabilité de vos e-mails, au taux d’engagement et au chiffre d’affaires. 

De plus, une option de désabonnement facile d’accès permet d’obtenir une liste d’abonnés plus pertinente. Si votre liste est composée d’abonnés de qualité qui veulent réellement entendre parler de votre marque, vos campagnes d’e-mails atteindront un public beaucoup plus influent qu’une énorme liste remplie d’abonnés non intéressés.

En réponse à ces nouvelles exigences de désabonnement, Bloomreach introduit une nouvelle fonctionnalité d’en-tête « Désabonnement en un clic » pour nos clients Engagement qui prendra effet avant le 1er février 2024. Cette fonctionnalité répondra à l’exigence de « désabonnement en un clic » pour tous les e-mails marketing créés dans Bloomreach.

Tous les clients de Bloomreach pour lesquels l’option « List unsubscribe » est activée dans l’outil Bloomreach Engagement (Project Settings > Channels) seront automatiquement transférés vers l’option Both (recommandée) de la nouvelle fonctionnalité, qui inclut le protocole mailto : (c’est la fonctionnalité existante ; certains experts la connaissent sous le nom de RFC 2369) ainsi que le protocole GET/POST (« One-Click ») (c’est la nouvelle fonctionnalité, alias RFC 8058).

Le protocole mailto : fonctionne en envoyant un e-mail contenant une demande de désabonnement à la boîte de réception dédiée de Bloomreach, qui est ensuite traitée par Bloomreach. La nouvelle norme GET/POST appelle plutôt une URL de notre côté, transmettant la demande de désabonnement. Elle n’a pas été largement adoptée par les fournisseurs de boîtes aux lettres auparavant, mais cela change avec cette mise à jour de Gmail et Yahoo.

Ne vous laissez pas déconcerter par les détails techniques : il n’y a aucune différence entre les deux protocoles du point de vue du destinataire de l’e-mail ou du marketeur. Le « Désabonnement en un clic » est toujours un bouton sur lequel les utilisateurs finaux cliquent pour se désabonner, et c’est toujours un protocole automatiquement activé pour les clients de Bloomreach.

Assurez-vous simplement que ce protocole n’a pas été désactivé manuellement par le passé. Vous pouvez le confirmer dans Paramètres du projet > Canaux > E-mails > « Désinscription de la liste ».

Prochaines étapes :

Vérifiez auprès de votre fournisseur actuel s’il prévoit de prendre en charge la nouvelle norme de désabonnement en un clic. Pour les clients de Bloomreach, assurez-vous simplement que l’option « List-Unsubscribe » est activée dans les paramètres du projet et utilisez des liens de désabonnement dans vos pieds de page à l’avenir. 

Taux de réclamation pour spam

Les deux fournisseurs d’e-mail ont annoncé qu’ils exigeraient désormais que le taux de plaintes pour spam soit inférieur à 0,3 %. 

Bien que le seuil de 0,3 % soit désormais en vigueur, Gmail recommande vivement de maintenir un taux de spam inférieur à 0,1 %, ce que Bloomreach conseille à ses clients depuis des années. 

Votre taux de plaintes pour spam est calculé en divisant le nombre de plaintes pour spam signalées que vos e-mails reçoivent par le nombre d’e-mails délivrés. Lorsqu’un abonné signale votre e-mail comme étant du spam, les fournisseurs le considèrent négativement et cela a un impact sur votre réputation d’expéditeur. 

Si vous recevez trop de plaintes pour spam, vous aurez du mal à livrer vos e-mails à vos clients. Si vous dépassez le seuil de 0,3 % de plaintes pour spam, votre domaine d’envoi pourrait même faire l’objet d’un examen et restreindre la portée de vos e-mails. 

Il est important de noter qu’un taux inférieur à 0,3 % ne garantit pas un bon placement dans la boîte de réception. En maintenant votre taux de plaintes pour spam en dessous de 0,3%, vous vous assurez d’éviter les problèmes majeurs de délivrabilité. C’est pourquoi nous vous recommandons de viser un seuil plus bas – plus votre taux est bas, plus vous avez de chances de rejoindre le club des 99% de placement dans la boîte de réception.

Les clients de Bloomreach peuvent surveiller leur taux de plaintes pour spam sur Yahoo directement dans leur rapport de campagne (basé sur « Statut » = « Plainte » dans les événements « Campagne »), mais c’est un peu plus compliqué avec Gmail. 

Gmail ne fournit pas de retour d’information sur les plaintes individuelles pour spam. Quel que soit l’ESP que vous utilisez, vous devrez donc utiliser les rapports agrégés sur les plaintes pour spam du fournisseur. Pour accéder à ces rapports, vous devez configurer Google Postmaster

Pour ajouter votre domaine d’envoi aux rapports Postmaster Tools, vous devrez ajouter un enregistrement DNS généré par Google, de la même manière que vous avez ajouté des enregistrements DNS pour commencer à utiliser le domaine d’envoi. Une fois cette opération effectuée, vous commencerez à voir les données s’afficher et vous pourrez surveiller votre taux global de plaintes pour spam. 

Les clients actuels peuvent contacter l’équipe de Bloomreach chargée de la délivrabilité pour tout problème lié au processus d’installation.

Prochaines étapes :

Installez Google Postmaster et commencez à surveiller vos taux de plaintes pour spam dans Gmail et Yahoo.

Authentification du domaine

Sender Policy Framework (SPF), DomainKeys Identified Mail (DKIM) et Domain-based Message Authentication, Reporting, and Conformance (DMARC) sont tous des protocoles d’authentification qui confirment que vous êtes l’expéditeur légitime d’un certain domaine. Gmail et Yahoo ont tous deux annoncé que tous les expéditeurs d’envois en nombre devaient authentifier leurs e-mails à l’aide de ces trois protocoles

Que font ces protocoles ? En termes techniques, SPF confirme l’autorisation du domaine d’envoi, DKIM signe numériquement les e-mails à des fins de vérification et DMARC spécifie comment les e-mails non authentifiés doivent être traités. 

Fondamentalement, il s’agit d’enregistrements qui confirment que vous êtes l’expéditeur légitime d’un certain domaine, et non un spammeur, un usurpateur ou un hameçonneur malveillant qui envoie des e-mails. 

Les domaines expéditeurs qui n’ont pas ces enregistrements seront considérés comme des domaines à fort potentiel de spam, c’est pourquoi il est important que vous soyez au courant de chaque protocole et des mesures à prendre.

Les protocoles SPF et DKIM étaient déjà des enregistrements obligatoires lors de la création d’un nouveau domaine d’expéditeur, et ils le sont toujours. Tant que votre infrastructure d’expéditeur a été configurée correctement, aucune action n’est requise pour une mise en conformité plus poussée.

DMARC est un protocole qui faisait partie des meilleures pratiques recommandées dans le passé, mais qui n’était pas obligatoire jusqu’à l’annonce récente. Il indique essentiellement au fournisseur de boîtes aux lettres comment traiter un e-mail qui n’est pas authentifié par SPF et DKIM mais qui utilise votre domaine comme expéditeur. 

Bloomreach a soutenu DMARC dans le passé pour nos clients et connaît l’impact positif que cet enregistrement peut avoir sur les taux de placement dans la boîte de réception avec la plupart des fournisseurs de boîtes aux lettres, c’est pourquoi nous recommandons vivement de l’implémenter dès que possible.

Pour vous assurer que votre politique est correctement mise en place, nous vous recommandons de suivre ce guide de notre partenaire Mailgun lors de la mise en œuvre. 

Il existe des outils tiers pour les rapports DMARC que vous pouvez utiliser si vous n’êtes pas sûr de la source de vos e-mails – c’est une pratique particulièrement courante si vous avez de nombreux systèmes anciens qui envoient des choses, comme des mises à jour logistiques ou des e-mails déclenchés qui n’ont pas été authentifiés dans le passé.

Vous pouvez appliquer une politique DMARC aux domaines de l’organisation (par exemple, www.bloomreach.com) ou à des sous-domaines d’envoi spécifiques (par exemple, email.www.bloomreach.com). S’il n’y a pas de DMARC sur un sous-domaine d’envoi, les fournisseurs prendront en compte le domaine organisationnel pour la politique DMARC. Vous devez disposer d’un enregistrement à au moins l’un de ces niveaux. 

Pour commencer avec DMARC, nous recommandons d’utiliser une politique « none », qui garantit qu’aucun e-mail ne sera bloqué. Vous pouvez ensuite surveiller les rapports DMARC et si 100 % des e-mails passent, vous pouvez alors passer à des politiques plus strictes de « quarantaine » ou de « rejet » qui arrêteront les e-mails non authentifiés.

Si vous n’utilisez pas d’outil de reporting tiers, veuillez créer une boîte de réception qui recevra les rapports DMARC, par exemple « [email protected] ».

Voici un exemple d’enregistrement DMARC pour « e-mail.www.bloomreach.com » :

Nom d’hôte : « _dmarc.email.www.bloomreach.com »
Valeur : « v=DMARC1 ; p=none ; pct=100 ; rua=mailto:[email protected] ; »

Remplacez-la par votre nom de domaine et la boîte de réception que vous avez créée. Ce modèle est tout ce dont vous avez besoin pour le début de la transition. 

Il y a un autre enregistrement à noter qui sera nécessaire à partir de février 2024 : l’enregistrement PTR et le jeu d’enregistrements DNS inversés qui l’accompagne pour l’IP d’envoi utilisée. Ces enregistrements relient le domaine à l’IP utilisée et vice versa. 

Toutes les adresses IP utilisées par les clients de Bloomreach ont des enregistrements PTR, ce qui répond à l’exigence, et il n’y a donc rien à faire. 

Prochaines étapes :

Créez un enregistrement DMARC pour tous vos domaines et sous-domaines d’envoi.

Autres bonnes pratiques en matière d’e-mail

Bien que les exigences susmentionnées constituent les principaux changements apportés par l’annonce la plus récente, Yahoo et Gmail conseillent toujours aux expéditeurs d’envois en nombre de suivre les meilleures pratiques en matière de délivrabilité des courriels, comme le maintien d’une liste d’e-mails saine et d’une fréquence d’envoi raisonnable. 

Nous avons abordé ces meilleures pratiques dans notre documentation sur les conseils en matière de délivrabilité des e-mails, ainsi que dans notre blog complet, Le Guide Ultime pour Maîtriser la Délivrabilité des Emails, qui décrit tous les conseils en matière de délivrabilité dont vous avez besoin pour réussir.

 

FAQ sur les exigences relatives aux expéditeurs
Quand ces nouvelles exigences prendront-elles effet ?

Google et Yahoo ont annoncé que les exigences en matière d’authentification et de faible taux de réclamation devaient être respectées d’ici février 2024, mais que l’exigence de désinscription en un seul clic avait désormais une date limite de mise en œuvre fixée à juin 2024.

Que se passera-t-il si je ne remplis pas certaines de ces conditions en février ?

Si vous ne vous conformez pas à ces exigences d’ici au mois de février, votre délivrabilité et votre positionnement dans la boîte de réception en pâtiront, et les conséquences s’aggraveront au fil du temps. Google a promis une approche souple au cours des premiers mois – en retardant seulement les e-mails au lieu de ne pas les délivrer – mais cela aura toujours un impact sur vos campagnes et leurs performances. Au fil du temps, il se peut que vous ne puissiez plus du tout envoyer d’e-mails à Gmail et Yahoo.

Nous utilisons une gestion des consentements personnalisée au lieu d’une gestion des consentements fournie par la plateforme ; comment pouvons-nous nous assurer de respecter l’exigence de désabonnement en un seul clic ?

Vous devrez proposer les deux options à vos abonnés en parallèle pour vous conformer à l’exigence de désabonnement en un seul clic. Si vous utilisez un outil de gestion des consentements personnalisé ou une source de vérité différente, vous devez vous assurer que vous transmettez les données de « désabonnement en un clic » à votre plateforme de gestion des consentements. En tant que client de Bloomreach, notre plateforme traitera toutes les désinscriptions effectuées via la fonctionnalité « Désinscription en un clic ». Ces abonnés seront automatiquement marqués comme étant désinscrits. Vous pouvez configurer des exportations automatiques ou des webhooks pour envoyer ces données de désinscription à votre plateforme de gestion des consentements et vous assurer que votre source de vérité est à jour.

Mon taux de plaintes pour spam est supérieur au seuil, comment puis-je y remédier avant février 2024 ?

Il n’existe pas de solution simple pour remédier à un taux élevé de plaintes pour spam. La meilleure première étape consiste à réfléchir aux raisons pour lesquelles les gens se plaignent que vos e-mails sont des spams et à essayer de modifier vos campagnes pour mieux répondre à leurs besoins. Vos e-mails sont-ils envoyés à des destinataires actifs et volontaires ? Envoyez-vous à vos abonnés un contenu attrayant qu’ils souhaitent recevoir ? S’attendent-ils à recevoir des e-mails de votre part, et les envoyez-vous à une cadence ou à un moment raisonnable ? Vous devez gérer vos campagnes et votre public avec soin, faire de votre mieux pour répondre à leurs attentes et leur proposer le contenu qui les intéresse le plus. Une fois que vous aurez répondu à ces questions, vous devriez constater des améliorations en l’espace de quelques jours ou de quelques semaines.

 

Étiquettes
Photo

Matej Cambal

Senior Manager Business Consultancy

Matej has been part of the Bloomreach team for over seven years, consulting on projects across different industries and markets. His focus has consistently been on email management, particularly in ensuring optimal email deliverability for our clients. Matej’s aim is to assist clients with a range of challenges in email, whether it involves applying the strategy to practice, creating customized reports, highlighting insights, addressing unexpected deliverability issues, or working with product team on improvements.

Photo

Valentina Benaglio

Senior Product Marketing Manager, Bloomreach
Valentina brings 5+ years of CRM, marketing, omnichannel, and ecommerce expertise to her Senior Product Marketing Manager role at Bloomreach. By leveraging her passion for helping ecommerce brands succeed with the latest tech, Valentina helps Bloomreach to differentiate in a saturated market and find the ideal customers who will benefit from the platform by understanding their pain points and objectives.  

Table des matières

Partagez avec votre communauté

Copié !
Publications récentes

Restez informés

bloomreach-avatar-menu-1
bloomreach-avatar-menu-3
bloomreach-avatar-menu-2

Abonnez-vous pour recevoir directement dans votre boîte mail nos dernières actualités e-commerce.

Life With Bloomreach

Watch this video to learn what your life could look like when you use Bloomreach.

Le quotidien avec Bloomreach

Découvrez notre plateforme en vidéo et voyez comment Bloomreach peut changer votre quotidien